UA-46359058-1
topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

06/03/2014

QU'EN CHACUN DE NOUS RE-NAISSE UN ENFANT, UN VERITABLE ; AU NOM DU PARDON

Scène enfants, Pardon, Insouciante humilité

Photo: fr.123rf.com

J'ai été marqué hier par à une scène entre deux petites filles. L'une devait avoir au plus trois (3) ans et l'autre environ deux (2) ans. Pour des besoins de rédaction, je leur prêterai ici des noms: Angeo pour la plus grande, et Bijou pour la cadette.

Angeo a pris de force les chaussures de Bijou et s'est mise à fuir. Bijou, en pleurs, se met à sa poursuite tout en réclamant ses chaussures. Fatiguée de courir et de subir les pleurs de Bijou, Angeo s'arrête, lui remet ses chaussures avant de lui déclarer qu’elles ne joueraient plus ensemble.

Au même moment, comme par enchantement, Bijou remet elle-même ses chaussures à Angeo qui les portent pendant qu'elle, nus pieds, marche, heureuse, comme satisfaite d'avoir préservé leur amitié.

Cette scène m'a marqué pour trois (3) raisons:

1.     Elle m'a plongé dans le souvenir de mon enfance où on était prêt à donner ce qu’on considérait comme un bien et à quoi on tenait, rien que pour gagner une amitié ou une simple compagnie.

 2.     Elle m'a fait re-découvrir une qualité en l'enfant qui, si elle demeurait en l'homme en grandissant, permettrait à la société d'aller de mieux en mieux: Il s'agit de l'insouciante humilité et fidélité de l'enfant. Celle-ci a amené Bijou à ne pas chercher à savoir si elle a raison ou si cette raison lui octroyait des droits au nom desquels elle pouvait récupérer ses chaussures (de droit). La fidélité à l'amitié a conduit l'enfant à renoncer à son dû. Et là, la réconciliation a eu lieu sans l'intervention de personne. Moi-même, me disant grand, et qui avais voulu intervenir un moment, j'étais à la fois embêté et dans l'admiration face à la manière dont les deux enfants (dont l'addition de l'âge ne dépasse pas cinq (5) ans), se sont réconciliés.

CONTRASTE : A cette insouciante humilité et fidélité des enfants, s'oppose l'arrogant orgueil des adultes qui fait d'eux des faussaires d'amitiés et de relations, et finalement des hypocrites.

3.     J'ai finalement regretté d'être devenu grand, car je ne suis plus capable de faire ce sacrifice que Bijou a consenti. Je ne suis plus capable de pardonner ainsi à mon bourreau, en lui remettant entièrement sa faute. Je ne suis plus capable de tenir tant à une amitié. Ah! Que la fidélité insouciante mais sincère de mon enfance me manque!

Chacun de nous, chaque jour, faisons cette expérience. Mais très souvent, notre orgueil égoïste nous faire voir nous-mêmes et nous seuls plutôt que notre relation avec l'autre. Pourtant, que puis-je être sans l'autre ? Notre vie devient ainsi celle de perpétuels regrets car il nous est difficile de faire marche arrière en reconnaissant notre faible orgueil pour demander pardon et rétablir la corde relationnelle brisée.

CONCLUSION: Si on cherche à se réconcilier, si on cherche à réconcilier des hommes, il faut commencer par apprendre et/ou à leur apprendre à devenir comme des enfants. C'est le secret du vrai pardon et de la véritable réconciliation; si prêt de nous, mais si difficile à trouver!

NB: Si je te marche dessus, la suite des évènements (paix ou guerre) dépend de toi et de ta réaction. Si tu me pardon, je serai brisé, et je m'humilierai. Mais si ta réaction est dure, elle pourrait rendre plus dure mon attitude.

Vivement, qu'en chacun de nous re-naisse un enfant, un véritable. Au nom du pardon!

 

Doh Koué, La voix de celui qui crie dans le désert de l'Africanité.