UA-46359058-1
topblog Ivoire blogs Envoyer ce blog à un ami

21/03/2015

MA COMPLAINTE SUR L'AFRIQUE Acte 3: C’EST TOUJOURS NOUS…

On ne vous a pas chassé de votre pays; retournez, c'est pas forcé: Humiliés chez, humiliés chez eux

C’est toujours nous

Nous qui cherchons à ressembler

Nous qui cherchons à nous déplumer

Pour arborer le plumage

De l’autre

De l’autre que nous ne saurons jamais être

Mais à qui nous tentons de ressembler

Au prix de nous-mêmes

 

C’est toujours nous

Nous qui entrons dans des valises

Nous qui nous cachons dans des containers

Nous qui sommes toujours sans-papiers

Nous que l’on expédie au pays comme un colis

Oui, c’est toujours nous

 

C’est nous

Qui n’avons pas honte

On dirait qu’on a enfoui notre visage dans notre caleçon

C’est qui nous tuons

C’est nous qu’on tue

C’est nous qui trahissons

C’est nous que l’on juge

Oui, c’est bien nous, Africains

 

Sans scrupules, toujours moqués

Grimaçant toujours devant le petit Blanc

Mais criant racisme quand on nous jette de la banane

Mais reprenant la grimace

Quand le Blanc crie : "c’est un Noir et non un singe"

Mais que nous importe ?

Noirs ou hommes…

Nous refusons juste d’être singes

 

C’est bien nous

Toujours sous l’homme blanc

Toujours courbés, essuyant, ramassant

Les restes de nos propres richesses

C’est nous, c’est encore nous

Nous qui, pour dix euros

Livrons toutes nos terres

Notre pays, notre peuple

Vendant les purs produits

Achetant double les presque-périmés

 

C’est nous

Nous qui ne changeons jamais

Nous qui aimons le blanc

Et qui détestons nous-mêmes

C’est nous qui recevons et célébrons les touristes

C’est nous qu’on expose toujours

A la télévision comme clandestins

Parce que fuyant le destin de nos clans

 

A quand ton réveil

Oh Afrique !

Pauvre Afrique ! Riche Afrique !

Tu dors seulement

C’est toujours nous qui dormons

Nous sommes toujours éblouis

Etourdis, surpris par la technologie

C’est nous, ventripotents

Lippus et très gras

Toujours pesant, ne pensant qu'à :

Je mange quoi dedans ?

Oui, c'est bien nous

 

Afrique, s’il te plait,

Réveille-toi !

Réveille tes enfants

Nous tes enfants.

 

Doh Koué, La voix de celui qui crie dans le désert de l’Africanité